ubiwiki

Accueil > Fiches > T03 > GEOGRAPHIE > Mers et océans : entre appropriation, protection
  • Article

Mers et océans : entre appropriation, protection et liberté de circulation partie I

dimanche 29 novembre 2020, par Marie

Bornes : depuis 2014, les Chinois et les Japonais s’opposent pour le contrôle des îles Senkaku. Les espaces maritimes sont des enjeux géopolitiques majeurs.

Problématique : Les mers et les océans contribuent-ils à la puissance des Etats ? Comment ces derniers affirment-ils leur souveraineté sur les espaces maritimes ? La liberté de circulation est-elle systématiquement garantie ?

I Etude de cas : La Chine en Mer de Chine Méridionale.
a) Ses revendications sont anciennes...
Dès 1947, elle revendique les archipels des Spratly (ou Spratleys), et des Paracels, ainsi que l’atoll Fiery Cross Reef. Elle définit alors une ligne en neuf traits.
En 1949, Mao et les communistes chinois font du pays la république populaire de chine. Les capacités navales chinoises sont très limitées.

b) Elle développe donc sa puissance...
En 2011, le parti communiste chinois (PCC) veut faire de la Chine une grande puissance maritime. C’est le début de son armement.
En 2012, la Chine achète son premier porte-avions de fabrication soviétique à l’Ukraine.
En 2017, la Chine lance son premier porte-avion made in china produit en 4 ans. Elle en possède maintenant 3. La Chine a la deuxième marine mondiale. Elle compte 600 navires.

c) ...pour atteindre ses objectifs...
- territoriaux
En 1996, à l’échelle régionale, la chine connaît un premier échec de la revendication des îles Paracels et Spratly auprès de la CNUDM,
En 2009, elle réitère sa demande auprès de l’ONU sur les îles pourtant situées au delà de sa ZEE. Au même endroit, en mer de Chine méridionale, elle construit des îles artificielles sur la base de récifs coralliens. Elle entre en conflit avec le Japon pour le contrôle des îles Senkaku.

- économiques...
Le contrôle des îlots en mer de Chine lui permet :
- d’étendre sa ZEE
- d’exploiter les ressources des fonds marins
- de contrôler et de sécuriser la principale route maritime régionale

- et géopolitiques.
Par la maîtrise insulaire en mer de Chine méridionale, la Chine sécurise son territoire (seconde ligne de défense)
Ses objectifs sont donc aussi militaires

d) Mais ses projets sont parfois contrariés.
En 2016, la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye a estimé que la Chine n’a pas de « droits historiques » sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale.
Les Philippines et le Vietnam revendiquent aussi ces îlots.
La militarisation croissante de cette partie du monde mène les Etats-Unis à organiser régulièrement des opérations "Liberté de navigation" dans la région.